La guerre 1914-1918 du 14eme BCA, "Noblesse oblige"

"Les Bleus de la mort"


A gauche, le fanion du 14e BCA pendant la Grande guerre, à droite, celui qui a fit la campagne du Maroc (1912-1914)


1915 : au milieu des pins des Vosges le général de Maud'huy décore le fanion d'une compagnie du 14eme BCA.


Le fanion de la compagnie de mitrailleuses du 14eme BCA pedant la guerre 1914-1918.  Il porte les inscriptions suivantes :

Avers : Maroc 1912-13, Belgique 1914, Alsace 1915.
Revers : Somme 1914, 1916, 1918, Italie 1917, Aisne 1918.

Ce fanion fait partie des souvenirs conservés par la famille du capitaine Mirabaud. Vous pouvez consulter la page spéciale qui lui est consacrée en cliquant sur le fanion ci dessus, ou le lien ci dessous !


Vers les souvenirs de guerre du capitaine MIRABAUD


Au déclenchement des hostilités, le 14eme BCA est en opérations au Maroc, ou il a été envoyé le 16 octobre 1912.

Il est alors immédiatement rapatrié sur l'Alsace.

Août – décembre 1914 : L’Alsace, les Vosges, la Somme, les Flandres

Du 18 au 25 août, il combat dans la vallée de la Bruche en Alsace.

Le 26 août il est dirigé sur Raon-l’étape. A la cote de Répy, la 4eme compagnie du capitaine Latrabe est cernée par un bataillon allemand. Pendant plus de 6 heures elle résiste à tous les assauts et, contre-attaquant, elle parvient à se dégager à la nuit. Entre temps le capitaine Latrabe avait enterré le fanion de la compagnie pour qu’il ne tombe pas aux mains de l’ennemi. En mars 1915, suite au recul allemand, il put retourner chercher le fanion et le retrouva intact !

Du 29 au 10 septembre, combats au village de Nompatelize, 3 fois repris par le bataillon.

Octobre 1914 : la Somme.

Après la victoire de la Marne, le bataillon est envoyé dans la Somme.

Le 8 octobre 1914, à Maucourt, il repousse l’assaut Allemand, ce qui lui vaut une citation à l’ordre de l’Armée.

Novembre 1914 : les Flandres.

Extrait de l’historique du 14eme BCA : « Ceux qui ont vécu ces journées terribles ne peuvent se rappeler ces paysages d’épouvante sans un frisson d’angoisse. Dans la boue gluante, presque liquide, par un froid extrêmement vif, il a fallu tenir coûte que coûte dans un plaine ravagée, défoncée par les tirs incessants de l’artillerie ennemie. »

Défense de la cote 60 à l’est de la ville d’Ypres. 2 terribles attaques sont repoussées par le bataillon le 14 et le 17 novembre.

« Nos pertes sont très lourdes, la journée dans cet enfer a été déprimante, mais ceux qui restent debout sont d’une trempe et d’une énergie que rien ne peut abattre. Tous ceux qui sont encore capables de tenir un fusil ouvrent le feu ; les hommes arrachés de leur place par les obus n’ont qu’un soucis : revenir à leur poste, trouver une arme et combattre. »


La guerre a commencé, cette section de mitrailleurs du 14eme BCA à l'instruction s'entraîne sur des mitrailleuses factices reproduisant la Saint-Etienne modèle 1907.

Janvier 1915 – mai 1916 : les Vosges

Il passe l’hiver dans le secteur de la tête de Faux et du col du bonhomme.

« Toute grande opération de guerre est impossible dans cette région pendant de longs mois de froid rigoureux où la neige tombe en grande abondance et rend très difficile les communications. Il faut donc s’organiser et créer des systèmes défensifs pour parer aux surprises. Après avoir été des combattants d’élite, les Chasseurs deviennent des travailleurs acharnés. »

Du 21 au 25 février, attaque allemande dans la vallée de la Fecht. Les 1ere et 6eme compagnie résistent jusqu’à leurs dernières cartouches, enfermées dans le château de Stosswihr.

Juillet 1915 : attaque du Lingekopf. Du 20 au 27 juillet l’offensive permet de prendre le sommet de la montagne au prix de très lourdes pertes. Cela vaut au bataillon sa première citation à l’ordre de l’armée.

Le 1er septembre 1915, le bataillon repousse l’attaque allemande sur le Linge menée avec obus à gaz et liquide enflammé…

Il passe l’hiver 1915-1916 dans les Vosges à vivre et travailler dans la neige, la boue et le froid, sous les bombardements des minnenwerfer.

En avril et mai 1916 il défend et organise le secteur du Braunkopf.

Juin – septembre 1916 : la Somme

En juin 1916, il est envoyé au camp d’Arches et rattaché à la 47eme DI.

Du 12 au 20 juillet 1916 il est engagé sur la Somme et lancé à l’assaut des tranchées de la Ferme rouge et de la Pestilence, au sud de Maurepas. Il atteint tous ses objectifs et obtient une citation à l’ordre du corps d’armée.

Les 16 et 18 août le bataillon se livre à 2 nouvelles attaques.

Le 20 septembre, il est à Cléry. Le 25 il participe à une grande opération et attaque en direction de Mont-Saint-Quentin, les objectifs sont atteints au prix de très lourdes pertes. Le bataillon obtient sa deuxième citation à l’ordre de l’Armée.

Octobre – décembre 1916 : les Vosges

Le 25 octobre 1916, toute la 47e DI est envoyée en repos dans les Vosges. Le 14e BCA occupe le secteur de La Fontenelle-la-Forain.

Janvier 1917 – avril 1918 : offensive Nivelle, Champagne, Italie

En janvier 1917 les bataillons de chasseurs sont regroupés au camp d’Arches en vue de l’offensive du printemps.


Avril 1917, la "section électrique" de la compagnie de mitrailleuses du 14eme BCA.

Le 16 avril, la 47e DI est envoyée dans la région de Fismes (offensive Nivelle du Chemin-des-Dames) ou elle est gardée en réserve pour exploiter le succès qu’on attend de l’offensive. Ce succès ne vient pas, et elle est renvoyée dans la Marne.

Le 4 juin le bataillon entre en ligne près du village de Corbeny.

De juillet à octobre 1917, la 47e DI participe à l’instruction de la 1ere division d’infanterie américaine au camp de Gondrecourt.

En octobre le 14e BCA remonte en ligne entre la butte de Tahure et la butte du Mesnil, en Champagne.

Mais la 47e DI est désigné pour le front Italien, et le bataillon prend donc la route de l’Italie. Le 4 décembre elle relève les troupes italiennes sur le massif montagneux de Monte Tomba et de Monte Fenera.

Après un passage sur le plateau d’Asiago, la 47e DI est ramenée en France en avril 1918 et placée en réserve des armées anglaises dans la région de Saint-Pol.

Avril – novembre 1918 : l’Ourq, l’Aisne, Saint-Quentin, Guise

Un groupe de télégraphistes du bataillon

Le 1er juin, elle est envoyée en urgence sur le front de l’Ourq qui menace d’être percé par l’offensive allemande. Le 5 juin le 14e BCA relève des régiments devant Dammard et passe à l’offensive le 8. Ce fait d’arme lui vaut une nouvelle citation.

Le 18 juillet, les chasseurs repartent à l’attaque et réalisent une progression de 8 km. Le 21 juillet ils progressent de 4 km. Le bataillon obtient sa troisième citation à l’ordre de l’armée : « Sous les ordres du commandant GOETSCHY, après s’être emparé, le 8 juin 1918, d’un bois fortement occupé, a coopéré le 18 juillet 1918 à la prise d’un premier village, s’est emparé d’un second et a progressé ensuite dans une zone violemment battue par les mitrailleuses où son chef a trouvé une fin glorieuse. ».

En août il participe à la prise de Roye, la 1ere compagnie enlève le Bois Croisette. Nouvelle citation à l’ordre de l’armée.

Il force ensuite le passage du canal du Nord (à l’est de Nesles), et le 3 octobre il est face à la ligne Hindenburg, au nord de Saint-Quentin. Après 5 jours d’attaque, la ligne est enfoncée. Nouvelle citation à l’ordre de l’Armée.

Du 26 octobre au 6 novembre, le bataillon combat dans la région de Guise.





Le pantalon et la cape de ce chasseur ont désormais pris la célèbre teinte bleu horizon. Ce sergent porte lui aussi le pantalon bleu horizon mais la vareuse reste similaire à celle portée avant l'entrée en guerre (sauf les marques de grades réduits). Il est décoré de la Croix de guerre avec deux "clous" et la médaille coloniale avec agrafe "Maroc", il s'agit donc probablement d'un "ancien" du bataillon. Vers 1918, ce chasseur de première classe porte la fourragère aux couleurs de la Médaille militaire. Il porte sur son bras gauche 4 chevrons d'ancienneté et orne sa poitrine de deux rappels de décoration.

Chefs de corps
du 02/08/1914 au 08/09/1914 Chef de bataillon MARTY
Chef de bataillon JUSTIN
du 21/09/1914 au 22/03/1916 Chef de bataillon DE SEGUIN DE REYNIES
du 23/03/1916 au 20/07/1916 Chef de bataillon L'ELEU (tué à l'ennemi)

Capitaine GOETSCHY
du 31/07/1916 au 16/08/1916Chef de bataillon BOUTLE (tué à l'ennemi)
du 17/08/1916 au 18/07/1918Chef de bataillon GOETSCHY (tué à l'ennemi)

Capitaine VICHIER-GUERRE
août 1918Chef de bataillon DE LAVERGNE (tué à l'ennemi)
1918Capitaine VICHIER-GUERRE
du 21/08/1918-armisticeChef de bataillon HUMBEL


Retour 14eme BCA

Retour chasseurs alpins

Retour accueil